Foncières cotées, SCPI : un autre façon d’investir dans l’immobilier

scpi foncieres Tout le monde n’a pas forcément le temps, ni l’envie d’investir dans l’immobilier en direct. Heureusement, il y a des solutions ! Communément appelées placement pierre-papier, les plus connues sont les SCPI et les Foncières Cotées. Ces dernières sont également appelées SIIC (Société d’Investissement Immobilier Cotées) ou REIT en anglais (Real Estate Investment Trust). Leur but est d’acquérir et de gérer un patrimoine immobilier qui peut être spécialisé dans un secteur particulier (commerces, bureaux) ou diversifié.

 

Les SCPI

J’avais dédié un article aux SCPI il y a un moment, vous le trouverez en suivant ce lien.

Pour résumer :

  • les SCPI procurent des revenus fonciers qui sont imposés comme si vous possédiez un bien physique : impôts sur le revenus + prélèvement sociaux
  • il est possible de faire un crédit immobilier pour acheter des parts de SCPI
  • il existe plusieurs types de SCPI : SCPI de rendement (qui vous versent des revenus réguliers et les rendement peuvent monter jusqu’à 5-6%), SCPI de plus-value (qui ne rapportent rien, mais dont le but est de générer un profit entre l’achat des parts et la revente de celles-ci), SCPI fiscales (qui permettent d’investir dans des programmes défiscalisants)

Un point d’attention sur lequel il être particulièrement attentif : le montant des frais d’entrée et de sortie qui peut plomber la rentabilité !

 

Les Foncières Cotées

Ce type de placement qui nous vient des Etats-Unis est moins connu en France (car plus récent). Contrairement aux SCPI qui procurent des revenus fonciers, les SIIC sont des sociétés cotées en bourse. Elles procurent des revenus sous forme de dividendes, qui sont donc imposés comme tels. A une différence près : contrairement aux dividendes des actions versées par des entreprises « classiques », il n’y pas d’abattement de 40% sur ceux versés par les SIIC.

Voici quelques avantages d’investir dans les foncières cotées :

  • Puisqu’elles sont cotées en bourse, leur cours est bien plus volatile que celui des parts de SCPI. En achetant au bon moment, il est possible d’acheter des actions de SIIC avec une grosse décote par rapport à la valeur de leur patrimoine immobilier – et donc espérer de bonnes plus-values
  • il est très facile de revendre des actions de foncières cotées. C’est un placement très liquide
  • les frais de gestion, comme les frais d’entrée/sortie sont moins élevés que ceux des SCPI
  • il est facile d’acheter des foncières étrangères (US, Canada principalement) ce qui permet une bonne diversification géographique
  • pour une bonne diversification sectorielle, il existe de nombreuses foncières très spécialisées : dans le domaine de la santé, dans les entrepôts, et même dans les prisons… Or qui dit spécialisé dit meilleure connaissance de son marché, donc potentiellement de meilleures performances.
  • beaucoup de foncières US et canadiennes versent des dividendes trimestriels, voir mensuels !
  • les foncières US et Canadiennes offrent souvent des rendements plus élevés que ceux des SCPI. On trouve du 5 à 8% assez facilement.

 

Et des inconvénients :

  • il existe un risque de perte en capital plus important qu’avec les SCPI
  • les foncières françaises n’étant pas légion, si vous voulez diversifier vous allez devoir assumer également le risque de change. C’est la différence entre le cours de la devise dans laquelle vous achetez par rapport à l’Euro. Risque que vous pouvez tourner à votre avantage.

 

Comment acheter des Foncières cotées ?

Rien de plus facile… Oui, car c’est beaucoup plus facile que d’acheter un immeuble ! Il vous faut juste un compte titre auprès d’un établissement bancaire ou d’un courtier en bourse.

Voici quelques exemples parmi les grandes foncières françaises.

  • Unibail Rodamco, foncière spécialisée dans les centres commerciaux des grandes villes françaises et européennes
  • Klépierre, spécialisée dans les centres commerciaux également, principalement situés en France
  • Mercialys, toujours dans les centres commerciaux
  • Foncière des régions, qui fait dans l’habitation, les parkings et les bureaux

Pour une vue sur les foncières US, je vous invite à regarder cette page Wikipedia.

 

Conclusion :

Attention, les quelques exemples qui précèdent ne sont pas une recommandation d’achat ! La seule recommandation que je puisse vous faire est comme d’habitude, de vous documenter et de vous former ! Pour celà je vous conseille le livre de Philipe Proudon (du forum www.devenir-rentier.fr) : Investir dans l’immobilier depuis chez soi

Les SCPI ne m’attirent pas particulièrement. Par contre, je compte investir prochainement dans les foncières cotées, je pense canadiennes / US. Le côté diversification et dividendes mensuel m’attire particulièrement ! Pour le moment, je trouve que les marchés sont un peu haut, et je n’ai pas suffisamment de temps pour m’y consacrer. En tous cas j’ai attaqué la lecture du livre ci-dessus, je ferai peut-être un compte-rendu.

Si vous avez des foncières en portefeuille, n’hésitez pas à laisser un petit commentaire pour me dire ce que vous ne pensez.



7 commentaires sur “Foncières cotées, SCPI : un autre façon d’investir dans l’immobilier
  1. Max Weber dit :

    Hello François

    Dans le passé, j’ai déjà investi dans les REIT car je trouve le rendement suffisant par rapport au temps que ça prend (pas de banque à démarcher, pas de travaux à prévoir).

    Puis, j’ai trouvé mieux que les SIIC, actuellement j’investis dans l’immobilier grâce à mon assurance vie via un ETF (tracker).

    Max
    Max Weber Articles récents..Comment trouver LE meilleure Marché de Niche ?My Profile

  2. Olivier dit :

    Bonjour,
    Bon article bien détaillé. Les SCPI et les SIIC ont des avantages et des inconvénients différents.
    Les revenus et les gains sont très stables pour les SCPI contrairement aux SIIC qui sont très fluctuantes.
    En résumé, si on cherche pour le long terme la stabilité des revenus et de la valeur de son patrimoine : SCPI
    Si on veut tenter l’immobilier de manière souple et sans trop d’engagement, en acceptant le risque en capital et l’incertitude des revenus: SIIC
    http://epargnersanssepriver.com/

  3. baudin dit :

    Merci pour votre article, effectivement la scpi est un produit sans compromis alliant disponibilité, sécurité et performance !
    avec l’encadrement réglementaire strict de l’Autorité des marchés financiers !
    Pas de ralentissement économique sur les SCPI thématiques car elles dépendent d’un facteur humain et démographique !
    Explication sur cette vidéo : http://www.immo-sante.fr/etude

  4. Magalie dit :

    Bien analysé comme article. Je trouve que vous investissez dans la pierre par le biais d’une société civile donc vous bénéficiez de la relative sécurité et de la rentabilité de l’immobilier sans vous soucier de la gestion des biens composant la SCPI.

  5. David dit :

    Bonjour,
    pour les SCPI, de quel frais de sortie parlez vous ?

    Il y a bien des frais d’entrée (au alentour de 10%, comme dans l’immobilier physique).
    Et le rendement est annoncé, sur le prix d’achat, donc frais d’entrée inclus, contrairement à l’immobilier physique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CommentLuv badge

Inscription

Recevez gratuitement le best-seller Tout le monde mérite d'être Riche d'Olivier Seban, mon fichier excel pour calculer rentabilité et cashflow d'un investissement et d'autres bonus !

A lire absolument

location saisonnière

Partenaire