Interview de Sandrine, agent immobilier indépendante chez SAFTI

agent immobilier SAFTISi vous avez déjà acheté ou vendu un bien immobilier, vous avez certainement été confronté à un agent immobilier – qui ne vous a peut-être pas laissé un très bon souvenir… Je vous propose de redorer le blason de la profession, avec l’interview de Sandrine, agent commerciale indépendante pour le compte du réseau SAFTI.

 

 

Bonjour Sandrine, tout d’abord pourrais-tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour François et merci de ton accueil sur ton blog ! Pour faire court, j’ai 36 ans, je suis mariée, mère de 2 enfants et agent immobilier indépendante depuis début 2015.

 

Peux-tu nous dire comment tu es arrivée dans le domaine de l’immobilier ?

Je viens d’un domaine très différent, mais dans lequel le contact avec les clients est très important. Par ailleurs, avec mon mari, nous investissons dans l’immobilier à titre personnel depuis plusieurs années. Après avoir arrêté de travailler quelque temps pour me consacrer à l’éducation de mes filles, j’ai eu envie de reprendre une activité professionnelle. C’est donc tout naturellement que je me suis tournée vers la profession d’agent immobilier indépendant.

 

Le fait d’être indépendante est-il un avantage pour toi ?

Absolument ! Je gère mon emploi du temps comme je veux, ce qui me permet de consacrer du temps à ma famille quand j’en ai envie, mais aussi de me libérer pour travailler dans des créneaux horaires plutôt inhabituels (samedi, dimanche, soirée).

 

Parlons un peu de ton « employeur ». Pourquoi avoir choisi SAFTI en particulier parmi les nombreux réseaux qui existent ?

Alors le concept est quasiment le même pour tous, mais SAFTI était déjà un réseau important début 2015 (il l’est encore plus aujourd’hui) et avec une grosse volonté de croissance. Ce qui est synonyme de notoriété et de moyens pour agir (formation, outils de travail aboutis, marketing, communication…). J’ai trouvé que le design de leur site internet était particulièrement bien fait, ce qui est primordial puisqu’il s’agit de ma « vitrine ». D’autre part, leur offre de formation et la grille de rémunération ont également pesé dans mon choix.

 

Et avec le recul ?

Je ne regrette absolument pas ce choix. SAFTI essaie de favoriser un vrai esprit d’équipe entre les conseillers, ce qui est très important pour moi. Autre chose, le personnel du siège est toujours là pour nous assister en cas de besoin et l’offre de formation continue toujours abondante. Enfin, l’outil informatique à notre disposition est vraiment intuitif et puissant. Il nous permet de gagner un temps fou avec la diffusion des annonces sur de très nombreux sites en 1 seul clic et la centralisation du fichier clients.

 

Le réseau, c’est fait. Parlons de ton activité d’agent immobilier… Comment vont les affaires ?

Le marché sur mon secteur est dynamique et je suis très satisfaite de mes résultats !
Toutefois ce dont je suis le plus fière, c’est le retour de mes clients, vendeurs comme acquéreurs. Je n’ai que des avis très positifs et des recommandations, ce qui contribue à me motiver encore plus. Vous n’avez qu’à aller voir les commentaires laissés sur mon site… Le bouche à oreille a très vite fonctionné et je ne fais plus de prospection pour rentrer des mandats.

 

Justement, en parlant – de tes clients. Tu te situes plutôt du côté acquéreur ou vendeur ?

Ni l’un ni l’autre. J’agis dans l’intérêt des 2 parties, et j’essaie toujours de trouver le meilleur compromis (haha) possible pour que chacun y trouve son compte.

 

Comment expliques-tu cette réussite ?

Par plein de petites choses qui, mises bout à bout, me font sortir du lot par rapport à la concurrence.

  • Je me donne à fond, du début du processus de mise en vente à la signature de l’acte authentique. Je fais un travail de suivi très poussé : j’envoie systématiquement des compte-rendu de visite aux propriétaires, je ne les laisse pas une semaine sans leur donner de nouvelles, et je suis franche avec eux. Il y a parfois des choses difficiles à entendre, mais je ne les laisse pas miroiter. S’il faut faire descendre le prix d’un bien en vente, j’y vais !
  • J’aime mon métier, j’aime les gens et j’ai confiance en moi, ce qui me permet de décrocher de nombreux mandats en exclusivité – j’ai alors accès à de meilleurs outils de marketing et donc à des ventes plus rapides.
  • Je travaille sur un secteur géographique restreint, que je maîtrise.
  • Je ne compte pas mes heures, et comme je le disais plus haut, je travaille samedi, dimanche et jours fériés !
  • J’essaie de mettre en valeur les biens du mieux possible, notamment avec de belles photos : j’ai un reflex avec un objectif grand angle, ça change de ce qu’on peut voir parfois chez les concurrents – photos floues prises à la verticale avec un smartphone (si si, je vous assure qu’il y en a qui le font !)
  • Je travaille également avec un réseau de partenaires (courtier, diagnostiqueur…) qui me permet ainsi qu’à mes clients de gagner beaucoup de temps.
  • J’ai horreur d’en perdre, du temps, donc je ne signe pas de compromis sans avoir des garanties sur le financement des acquéreurs.

Voilà quelques-uns de mes trucs…

 

Pour terminer, un petit mot à dire pour les lecteurs ?

SAFTI… Çà le fait !

Et plus sérieusement, SAFTI recrute partout en France. Si vous voulez plus d’informations, et pourquoi pas tenter l’aventure, n’hésitez surtout pas à me contacter, je me ferai un plaisir de vous donner plus de détails !

Voici mes coordonnées :
Mail : sandrine.hostein@safti.fr
Tel: 07 83 35 85 88

Et allez faire un tour sur mon site pour vous faire une idée…

modmkt76-safti-agent-logoavecbaseline-jpg-v00-19-12-2014



3 commentaires sur “Interview de Sandrine, agent immobilier indépendante chez SAFTI
  1. David dit :

    Bonjour,
    je me posais une question un peu lié à votre retour sur le réseau d’AI.
    Vous indiquez choisir vos horaires, mais également travailler WE en soirée.
    Concrètement, si on revient à un salaire horaire, ça donne quoi ?

    Car je cherche un job plus proche de chez moi, mais j’ai pas mal l’impression qu’AI indépendant, c’est le dindon de la farce.
    Il n’est payé qu’a la commission et doit lutter contre des boutiques bien implantés localement.

    • Raph dit :

      +1 je suis dans la même situation d’interrogation !

      • Sandrine dit :

        Bonjour à vous,
        Avec mon chiffre prévu cette pour cette année, je vais tourner aux alentours de 35€ de l’heure NET (charges sociales déduites, mais avant impôts sur le revenu).
        Le problème des « boutiques bien implantées » n’en est pas un, au contraire. Souvent, les agences bien implantées se reposent sur leurs lauriers et font mal le job. Je le constate au quotidien avec l’avis de mes clients, qui sont très souvent insatisfaits des grosses agences locales. Il est donc facile de faire mieux !
        Dans mon cas, les 6 premiers mois ont été difficiles, le temps que je me fasse connaître sur mon secteur. Mais depuis tout va bien.
        Après ce travail ne convient pas à tout le monde, il y a des agents indépendants qui galèrent…
        N’hésitez pas à me contacter si vous voulez davantage d’informations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CommentLuv badge

Inscription

Recevez gratuitement le best-seller Tout le monde mérite d'être Riche d'Olivier Seban, mon fichier excel pour calculer rentabilité et cashflow d'un investissement et d'autres bonus !

A lire absolument

location saisonnière

Partenaire